Le comité départemental des mobilités installé

S'agissant du possible retour des trains de nuit, reconsidéré comme un moyen de transport moderne par la ministre Élisabeth Borne, Jean-Luc Gibelin a rappelé que le retour du Paris-Cerbère coûtait 1,5 M€ à la région. «Pour Tarbes-Paris, la facture était de 8 M€. On a dit non. On ne désespère pas d'avancer sur ce dossier afin que la facture soit acceptable pour la région.»
_____
sur www.ladepeche.fr