Le "flight-shaming" changera-t-il nos habitudes de voyager ?

Pour mieux comprendre le mouvement autour du " flygskam ", la honte de prendre l'avion à cause de son impact environnemental, il faut d'abord s'envoler pour la Suède. Non pas par les airs mais à l'aide d'Instagram, de Facebook ou de Twitter. Le mouvement y est né en hiver 2018 et continue à enfler sur les réseaux sociaux.
_____
sur www.lesechos.fr